Historique du Subbuteo

 

Les origines

L’Angleterre, mère patrie du football, a tout naturellement vu naître le Football de Table. Après de multiples tentatives de miniaturisation du football au début du XXème siècle, W.L. Keelings eu l’idée, dans un souci de réalisme de découper des joueurs de football dans du carton et de les ajuster sur des socles en caoutchouc. Il reproduit ensuite un terrain de football sur une couverture et fabriqua des buts avec du fil de fer. Le matériel était né, il ne manquait plus que des règles de jeu.
La première à s’imposer fut la propulsion avec l’ongle de l’index. Le jeu créé par W.L. Keelings se nomme alors Newfooty. La commercialisation du jeu est un succès. Les boîtes se vendent par correspondance et toute la famille Keelings est mise à contribution jusqu’à l’arrivée de la seconde guerre mondiale où la production s’arrête pour ne reprendre que difficilement en 1947.

La création du Subbuteo©

L’après guerre est synonyme de changements importants pour le jeu. Tout d’abord, l’avènement du plastique permet de réaliser les buts et les socles des figurines et facilite l’industrialisation de la production. Au niveau commercial, la production croit avec la demande, les revendeurs de jouet s’emparent du produit et les clubs de football s’en servent en remplacement du tableau noir.

Mais le fait le plus important des années 1945/1947 est l’arrivée d’un concurrent, Peter Adolph. Il reprend tous les éléments du jeu excepté les figurines en carton qui ne lui paraissent pas réalistes et qu’ils remplacent par des figurines en plastique et en relief représentant au plus proche un joueur de football. Féru d’ornithologie, il donnera au jeu le nom d’un faucon : Subbuteo.

Lorsque W.L. Keelings se retirera, Peter Adolph reprendra la société Newfooty et deviendra dés lors seul sur le marché.

Les ventes de jeu Subbuteo© sont désormais en pleine expansion, le temps est venu de s’intéresser aux pratiquants.

Les prémices d’organisations sportives

Dés les années 60, les premiers clubs voient le jour au Royaume-Uni et les premières compétitions s’organisent. La première Coupe d’Europe, organisée en 1963, provoque un réel intérêt dans toute l’Europe du Subbuteo©.

Mais l’avènement des structures ne se fait pas sans mal. Elle est d’abord initiée par la société Waddington, productrice du jeu, sans réelle concertation avec les joueurs mais la rupture est consommée lorsque Waddington veut imposer le matériel de marque Subbuteo© (figurines et buts en plastiques) alors que les pratiquants, soucieux d’une éthique sportive, veulent conserver le choix du matériel.

Les joueurs, sous l’égide de l’ETSA (European Table Soccer Association), continuent à essayer de se structurer et à organiser une Coupe du Monde tous les quatre ans. Mais, sans soutien financier, l’ETSA ne peut lutter face à Waddington qui attire les jeunes joueurs et se développe sur le marché du jouet.

Faute de moyen, les nations affiliées à l’ETSA, devenu ETF, se tournent petit à petit vers Waddington. En 1979, Waddington créé la FISA (Fédération Internationale de Subbuteo Association) présidée par Sir Bobby Charlton qui est ouverte à toutes les nations quelque soit le matériel utilisé. Cette nouvelle structure organise une Coupe du Monde en Espagne en 1982 qui regroupe 23 nations puis des rencontres internationales se succèdent et aboutissent en 1984 à un championnat d’Europe à Paris aux Parc de Princes. Parallèlement, l’ETF continue d’exister et d’organiser ses propres compétitions.

La création de la fédération internationale

Bien qu’étant à l’origine de la FISA, Waddington est une entreprise commerciale et reste fermée à toute demande venant des pratiquants. Aucune communication n’est possible, les règles sont imposées.

Les dirigeants des différentes fédérations nationales sont conscients de la force médiatique que peut représenter Waddington mais ils voient d’un bon œil les principes de l’ETF, réelle organisation sportive avec le souci de l’éthique.

Une nouvelle ère débute en 1987, lorsque la fédération française est la première à organiser une coupe du Monde au Palais Omnisports de Paris Bercy sans l’aide de Waddington qui cependant prendra le relais l’année suivante. Cette réunion ponctuelle des deux organisations, ETF et FISA, éthique sportive et pouvoir médiatique, va déclencher une prise de conscience parmi les dirigeants des différentes fédérations nationales.

Ainsi en 1992, les présidents de fédération décident de créer la Fédération Internationale de Subbuteo Table Football (FISTF). Cette nouvelle entité se veut unitaire et ouverte à tous. Pour oublier le conflit ETF FISA, il s’agit de convaincre chaque joueur du bien fondé du rassemblement. La FISTF, en réelle fédération sportive, s’attache dans un premier temps à prendre des décisions concernant le domaine sportif, la première sera de rendre à chacun le choix de ses figurines.

Le développement du football de table

Malgré la création de la FISTF, la concurrence avec Waddington reste d’actualité. Ainsi en 1994, alors que la FISTF organise une coupe du monde à Paris, Waddington organise en parallèle une compétition appelée World Cup Subbuteo 94 pour assurer sa promotion aux Etats Unis.

L’année 1994 marque le début du déclin du Subbuteo©, le jeu est confronté au développement des jeux vidéo tandis que son distributeur se désintéresse du marché européen. De leur coté, les fédérations s’unissent sous le terme de « Football de Table » et certains pratiquants commencent à produire et à commercialiser le matériel nécessaire à la pratique du football de table. Si en 2000, la fabrication du jeu Subbuteo© est arrêtée par le distributeur international, celle ci reprend peu de temps après et tente de se développer depuis l’Italie, la commercialisation se faisant principalement par le biais de site de vente en ligne. Depuis 2010, un regain pour le jeu est à noter avec le retour en magasin grâce au distributeur Megableu en France avec des licences conclues avec les notamment clubs du PSG, l’Olympique Lyonnais, l’Olympique de Marseille et l’AS Saint-Etienne en France ou encore le Real de Madrid ou Barcelone en Espagne.

De son coté, la FISTF continue à se développer et devient une véritable fédération internationale. Si l’Europe reste prédominante, les Amérique du Nord et du Sud, l’Afrique et l’Asie voient des fédérations nationales se créer et être très active.